questions fréquentes

Infertilité et Reproduction Assistée

La stérilité est l’incapacité de tomber enceinte après une période de 1 an de relations sexuelles sans protection. Alors que l’infertilité est l’impossibilité de mener à terme une grossesse.

Il s’agit d’un diagnostic emis lorsqu’après plusieurs examens basiques de fertilité, la cause des échecs d’implantation de l’embryon reste inconnue, sans ne pouvoir obtenir de grossesse.

En règle générale, pour les femmes en âge fertile (18-35 ans), il est recommandé de consulter si après 12 mois de rapports sexuels sans protection, la femme n’a pas obtenu de grossesse. Pour des femmes de plus de 35 ans, ou s’il n’y a aucune pathologie connue, ce délai diminue à 6 mois.

Lors de traitements de fécondation in vitro, avec la réalisation d’une stimulation ovarienne, il existe le risque du syndrome d’hyperstimulation ovarienne. Mais l’incidence est faible, puisqu’elle est inférieur à 10 cas pour 10.000 traitements.

D’autres risques associés aux traitements de fertilité sont contrôlables aujourd’hui grâce aux avancés technologiques, ainsi que les médicaments et les protocoles de sécurité utilisés dans nos cliniques, et arrivent de manière excepcionnelle (infections génitales, hemorragies ou complications dérivant de l’anésthésie).

D’autres risques comme la possibilité d’une grossesse multiple sont facilement évités par le transfert d’un seul embryon, grâce aux avancés dans la culture prolongée pour la sélection du meilleur embryon. Le risque de grossesse éctopique est d’environ 3%, semblable à une grossesse par voie naturelle.

Les taux de grossesse varient en fonction du traitement réalisé, ainsi que de l’âge de la patiente, surtout pour les cas d’insémination artificielle et fécondation in vitro. Nous vous invitons à demander votre diagnostic individualisé pour connaître le pourcentage de réussite pour votre cas concret, ainsi que de consulter notre séction de taux de réussite.

Les grossesses obtenues après un traitement sont exactement les mêmes que celles obtenues de manière spontannée. Les symptomes ne diffèrent pas. Les plus fréquents sont l’augmentation du volume mammaire, des nausées ou vomissements et de la fatigue pendant les premières semaines.

Ici nous parlons des recommendations sur le plan physique mais aussi émotionnel. Même si vous pourrez mener une vie complètement normale, nous recommendons de ne pas réaliser de gros efforts, sans pour autant éviter une activité physique puisqu’elle présente de grands avantages. Pendant la phase de stimulation ovarienne, vous pourrez ressentir une gêne puisque les ovaires pourront augmenter de taille et baisser le rythme des activités vous aidera à mieux le supporter.

Après la ponction ovarienne, il est recommandé de garder un repos relatif pendant les 24 heures suivant l’intervention, qui ne demande pas d’hospitalisation puisqu’il s’agit d’une intervention mineure.

En vue d’un transfert embryonnaire, il n’y a pas de recommendation physique à ce sujet puisque c’est un processus indolore et compatible avec une vie normale. Nous vous recommanderons de ne pas avoir de relations sexuelles après le transfert pour éviter les contractions utérines

Après le transfert, l’attente du test de grossesse commence, ces 2 semaines qui peuvent être difficiles à gérer.À ce moment, le côté émotionnel trouve toute son importance pour pouvoir affronter cette période d’incertitudes sans stress et en adoptant une attitude positive. Il sera important d’occuper son esprit et réduir l’anxiété que peut provoquer l’attente jusqu’à connaître le résultat du test de grossesse.

La première consultation

Ce qui sera le plus simple pour vous : en remplissant notre formulaire web, par téléphone ou par mail. Notre équipe de Suivi des Patients vous contactera au plus vite. N’oubliez pas de vérifier votre boîte de courriers indésirables si vous ne recevez pas notre réponse. Notre engagement de réponse est de moins de 24 heures.

« Aujourd’hui, les avancées en télémédecine permettent de pouvoir réaliser des consultations médicales très complètes à distance. Pour les patients qui n’habitent pas en Espagne, les consultations online sont une chance incroyable de prendre un premier contact et établir un diagnostic et définir les étapes. Toute consultation online est en général suivie d’une consultation sur place au moment opportun, toujours suivant vos disponibilités.

Pour tous ceux qui le préfèrnte, la consultation sur place est toujours disponible. Nous l’organiserons de manière à ce que vous puissiez réunir toute l’information dont vous avez besoin pour prendre l’une des décisions les plus importante de votre vie en une seule visite, ainsi que réaliser les examens ou analyses que nos spécialistes en fertilité recommenderont pour votre cas particulier, et élaborer la meilleur stratégie thérapeuthique pour vous. »

Chez Vida Fertility Institute, nous n’avons pas de liste d’attente, ni pour les premières consultations, ni pour la programmation d’un traitement. Ce sera selon vos disponibilités et nous nous adapterons à vos délais.

En fonction de votre cas concret, nous recommanderons une série d’examens que vous pourrez apporter à votre première consultation ou réaliser sur place. Notre personnel de Suivi des Patientes vous informera en détail pour que vous puissiez planifier tout cela en avance.

La première visite est un moment très important de votre traitement. Pendant cette consultation, nous vous recevons pour écouter votre parcours et nous analyserons toutes les étapes qui vous auront mené jusqu’à nous. Avec toute cette information, nous compléterons votre diagnostic, ce qui nous permettra d’élaborer votre traitement et évaluer les meilleures techniques pour votre cas.

Nous élaborerons votre plan de traitement qui accompagnera votre préparation à distance. Vous rencontrerez notre équipe, le personnel de suivi des patients, le personnel du laboratoire puisque vous pourrez parler avec nos embryologues, et nos gynécologues spécialistes en fertilité. Nous vous donnerons toute la documentation nécessaire et information dont vous aurez besoin, ainsi que votre devis personnalisé.

Chez Vida, nous ne croyons pas au formule toute faite et nous adaptons chaque posologie à chaque cas concret. Nous élaborons des plans de traitement totalement individualisé basé sur une étude personnalisée de chaque cas.

De même que tous les traitements ne s’adresssent pas à tous les patients, les devis aussi doivent être personnalisés, pour y trouver un service adapté à votre cas, et que vous puissiez savoir en amont le coût final de votre traitement. Nous travaillons sur des tarifs fermés.

Nous savons que parfois tout ne marche pas du premier coup et c’est pour cela que nous comptons sur des programmes de garanties exclusifs pour éviter un stress complémentaire. Tout cela est possible car nous avons confiance en notre travail et nos résultats, et nous sommes totalement engagés pour pouvoir offrir les meilleures options et vous aider jusqu’à la grossesse.

Nos traitements

Nous recommandons d’avoir une activité modérée, ce qui vous aidera à augmenter votre confort. Des activités qui permettent le contrôle de la respiration, comme le yoga, la marche, la nage, vous aideront à réduire votre stress.

Tous les professionnels de nos cliniques seront à votre disposition pour résoudre tous vos doutes et inquiétudes. En général, nous canalisons la communication avec notre personnel de suivi des patient. Vous aurez une assistante personnelle, avec qui vous parlerez dans votre langue, qui fera le lien et vous guidera et accompagnera pendant toutes les étapes de votre traitement. Par mail, téléphone ou sur place, nous serons toujours disponibles pour que votre expérience avec nous soit la plus positive possible.

Dans le laboratoire

Un blastocyste est un embryon à Jour 5 ou 6 de développement après la fécondation. C’est un stade avancé de développement pendant lequel l’embryon a environ 200 cellules. En revanche, un embryon à Jour 4 aura 8-10 cellules, c’est une phase plus précoce.

Dans nos cliniques, nous donnons priorité au transfert d’embryons au stade de blastocyste, dans le but de recueillir plus d’information et ainsi sélectionner les embryons avec un meilleur pronostic et ainsi offrir plus de garanties dans nos traitements.

La FIV ou fécondation in Vitro conventionnelle consiste en place l’ovocyte sur une plaque de culture avec les spermatozoïdes pour que, de manière naturelle, un spermatozoïde féconde l’ovule. Alors que pour l’ICSI (Injection intraplasmatique de Spermatozoïdes) nous introduisons le spermatozoïde à l’intérieur de l’ovule pour provoquer la fécondation.. C’est une technique plus précise et donnant de meilleurs résulats, son utilisation est indispensable dans des cas de facteurs masculins sévères.

La qualité des gamètes, surtout spermatique sera décisive dans l’utilisation d’une technique ou d’une autre.

La sélection embryonnaire consiste en la sélection du meilleur embryon à transférer dans l’utérus maternel. Généralement, dans les processus de fécondation in vitro, nous obtenons plus d’un ovocyte fécondé et plus d’un embryon en développement. C’est pour cela que nous les laissons en observation dans l’incubateur en laboratoire où nous avons des conditions optimales pour leur développement, similaires à celles de l’utérus. Nous pouvons ainsi observer leur développement jour après jour grâce à des incubateurs modernes et des moyens de cultures maintenant un environnement contrôlé et stable.

Les embryologues observent ces embryons en tenant compte de la vitesse de division célulaire, la synchronisation des divisions, le degré de fragmentation, et d’autres paramètes qui nous aident à classifier les embryons pour la sélection finale.

Le transfert embryonnaire est un moment clé dans le traitement de fécondation in vitro. Il a généralement lieu à J5 ou J6 du développement embryonnaire, lorsque l’embryon a atteint le stade de blastocyste. L’embryon sélectionné préalablement est déposé dans l’utérus de la patiente par une canule flexible introduite par voie vaginale (col de l’utérus).

Cette intervention est réalisée en salle opératoire pour maintenir des conditions d’asepsie, mais, ne requière pas d’anésthésie puisque c’est un procédé indolore et simple. Le transfert dure de 10 à 15 minutes et la patiente pourra ensuite reprendre un train de vie normale, en suivant des indications très simples sur la prise de médicament.

Endocrinologie, fertilité et nutrition

SOPK sont les sigles du syndrome des ovaires polykystiques. Il s’agit d’un problème reproducif et hormonal qui touche 5% des femmes et peut causer des difficultés pour concevoir, puisque cette maladie peut provoquer une absence d’ovulation ou un déreglement des cycles menstruels.

Les hormones de la thyroïde jouent un rôle fondamental dans le système reproductif de la femme. L’excès ou le manque d’hormones thyroïdiennes peut provoquer des problèmes pour obtenir une grossesse. Il est important de réaliser des examens sur l’hormone TSH pour ainsi aborder le problème, indiquer un traitement adapté pour réablir les niveaux de cette hormone.

Facteur masculin

Même si l’on parle peu de l’horloge biologique des hommes, l’âge paternel joue aussi un rôle important dans le développement d’une grossesse. Le vieillissement de l’organe reproducteur masculin peut provoquer une réduction lente, mais progressive, du pourcentage de spermatozoïdes mobiles.

La tératozoospermie est une cause d’infertilité masculine qui se caractérise par la présence de spermaozoïdes amorphes compliquant la fécondation de l’ovule.

Il s’agit de ruptures ou lésions sur le matériel génétique du spermatozoïde. Plus ces lésions seront nombreuses, plus nous aurons une mauvaise intégrité du matériel génétique, ce qui réduira les chances d’une grossesse viable.

Génétique et immunologie pour la fertilité

Il s’agit des sigles en anglais, Pre-Implantation Genetic Test, et cette technique permet de détecter des anomalies génétiques et chromosomiques sur les embryons pour prévenir la transmission de maladies héréditaires graves. Il en existe 3 types en fonction de l’altération qui doit être détectée :

· PGT-A pour la détection d’aneuploïdies, comme par exemple la Trisomie 21.
· PGT-M pour la détection de maladies monogéniques, comme la mucoviscidose.
· PGT-S, pour la détection d’altérations structurelles, comme des translocations ou déléctions, entre autres.

C’est un test qui permet de réduir la transmission de maladies à la déscendance, puisqu’il permet d’observer les risques génétiques qui pourraient survenir de l’union entre l’ovule et le spermatozoïde.

Cet examen étudie le nombre de chromosomes, leur taille et leur forme dans le but de déterminer s’il existe un défaut génétique. Il se fait par prise de sang, avec une culture de lympocytes pour étudier au microscope le nombre de chromosomes et leur structure. L’être humain a 22 paires de chromosomes autosomiques et une paire de chromosomes sexuels. Le caryotype normal chez la femme compte deux chromosomes X appelé 46 XX, et chez l’homme un chromosome X et un Y, appelé 46 YX.

La préparation de l'endomètre

Le test de réceptivité endométriale nous informe sur le moment idéal pour transférer l’embryon et est associé à un nombre concret d’heures pour la prise de progéstérone, ce qui constitute la fenêtre d’implantation. Le test est crucial pour déterminer si cette fenêtre d’implantation est altérée et, s’il faudra ainsi modifier les heures de prise de progéstérone en amont pour la réalisation le transfert embryonnaire.

Il s’agit de la période pendant laquelle l’endomètre (tissus qui recouvre l’intérieur de l’utérus) présente les conditions optimales pour l’implantation de l’embryon et le développement d’une grossesse.

Cet examen étudie le nombre de chromosomes, leur taille et leur forme dans le but de déterminer s’il existe un défaut génétique. Il se fait par prise de sang, avec une culture de lympocytes pour étudier au microscope le nombre de chromosomes et leur structure. L’être humain a 22 paires de chromosomes autosomiques et une paire de chromosomes sexuels. Le caryotype normal chez la femme compte deux chromosomes X appelé 46 XX, et chez l’homme un chromosome X et un Y, appelé 46 YX.

Test de grossesse

Le test de grossesse consiste en la réalisation d’une prise de sang qui déterminera la présence de l’hormone beta-HCG (gonadotrophine chorionique humaine), qui est l’hormone responsable du développement de la grossesse. Ce test nous informe nous permet de confirmer la grossesse grâce au dosage de cette hormone. Il doit se faire généralement de 10 à 14 jours après un transfert embryonnaire.

Quand considère-t-on que le test est positif ? Une valeur supérieure à 5 mUI/ml est considérée comme positive. Néanmoins, avec des taux inférieurs à 10 mUI/ml, la grossesse est mise en doute. Dans ce cas, nous recommandons de refaire une prise de sang et vérifier l’évolution de l’hormone beta-HCG. Les valeurs doivent doubler en 48 heures, ce qui est un signe d’une bonne évolution de la grossesse.

Une grossesse biochimique ou fausse-couche précoce se produit quand le développement de l’embryon s’arrête quelques jours après un test de grossesse positif.