examens en cas d’infertilité

tests de fertilité
Lorsqu’un couple consulte un spécialiste pour un cas d’infertilité, il existe plusieurs examens qui permettent de fixer un diagnostic et identifier le ou les problèmes.

Dans tous les cas, les deux parties du couple doivent se soumettre à des examens car l’infertilité peut venir autant de la femme que de l’homme. Suivant le degré d’infertilité (primaire, secondaire), les antécédents des patients et leur santé générale, le spécialiste pourra décider de réaliser des examens de base ou des examens plus complexes.

Analyses pour l’infertilité : les bases

  • La fonction ovarienne chez la femme. Avant toute chose, il faudra vérifier si la femme n’a pas un problème d’anovulation ou de réserve ovarienne faible. Les deux examens indispensables ici seront une échographie transvaginale, pour vérifier la présence de follicules dans les ovaires, et une prise de sang pour le taux d’hormone AMH (hormone antimüllérienne).

 

  • L’anatomie de la femme : Il faudra également étudier l’aspect général de l’utérus, des ovaires et des trompes, pour écarter la présence de fibromes, adénomyose, kystes ou l’obstruction des trompes, toutes pathologies qui pourraient faire obstacle à une fécondation et une implantation embryonnaire. Ces examens consistent en une simple échographie ou encore une hystérosalpingographie.
  • La qualité spermatique chez l’homme. Grâce à l’analyse des spermatozoïdes dans l’éjaculat (spermogramme), nous pourrons vérifier leur morphologie, vitalité, concentration et vitesse de déplacement.

 

test fertilitè vida fertility

Examens approfondis en cas d’infertilité inexpliquée :

Si les résultats des examens de base sont normaux, ou si le couple a déjà suivi des traitements en PMA sans succès, le diagnostic peut donc être poussé pour expliquer ces cas d’infertilité inexpliquée.

  • Une consultation génétique :

Que ce soit pour l’homme ou la femme, il sera intéressant de vérifier le caryotype, c’est-à-dire le nombre et la structure des chromosomes. Une translocation au niveau des chromosomes peut en effet entraîner une infertilité.

  • Étude de thrombophilie :

En cas d’antécédents de fausses-couches à répétition ou échecs d’implantation, il serait judicieux de faire un « bilan de fausse-couche » chez la femme. Cet examen par prise de sang nous renseigne sur la capacité de coagulation sanguine, et donc la bonne irrigation de l’utérus.

  • Étude de l’endométre :

L’endomètre doit aussi être objet d’étude en cas d’infertilité car en cas d’anomalie, il ne peut y avoir implantation. Il existe maintenant des outils très utiles sur la réceptivité et immunologie endométriale.

L’infertilité peut également provenir d’une infection au niveau de l’endomètre ou du cervix, et une biopsie et culture pourront nous aider à la détecter.

  • Hystéroscopie diagnostique :

Une hystéroscopie est un examen d’imagerie beaucoup plus complet qu’une échographie. Grâce à l’introduction d’une caméra à l’intérieur même de la cavité utérine, nous pouvons observer d’éventuels obstacles à une implantation embryonnaire : parois, adénomyose, adhérences, fibromes intra-utérins…

  • Examens spermatiques poussés chez l’homme :

En plus du spermogramme, il existe des examens plus poussés sur le sperme, comme l’étude de fragmentation de l’ADN spermatique, et le FISH (caryotype des spermatozoïdes) qui pourront aider en cas d’infertilité inexpliquée.

examenes cas d'infertilite

Le domaine de la reproduction assistée évolue constamment et nous avons chaque année de nouveaux outils qui nous permettent d’aider les couples dans leur parcours pour devenir parents. Chez Vida Fertility, notre but est d’arriver à un diagnostic le plus détaillé possible, pour établir un plan de traitement adapté à 100% aux besoins des patients.

consultations en ligme pma